<img src="http://b.scorecardresearch.com/p?c1=2&c2=9335129&cv=2.0&cj=1" />

Cale-verre! – Techniques de dégustation #laconsigne

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+1Pin on Pinterest0Share on Reddit0Share on Tumblr0Print this pageEmail this to someone

On me parle souvent des verres à bière. Les gens veulent savoir si ça fonctionne, si la bière sera vraiment meilleure, quel verre utiliser. Il y un adage qui dit : « Si le verre adéquat tu n’as pas, mauvais goût ta bière aura ». Une petite chronique s’impose.

Évidemment, faut quand même pas casser son verre si on vous sert une blanche dans un verre à barley wine. Elle sera aussi savoureuse que dans son verre de prédilection, mais comme pour toute bonne chose de la vie, on peut pousser l’exercice un peu plus loin. Le choix du bon verre remonte à bien avant les Chartier de ce monde. Les brasseurs d’antan avaient déjà remarqué que les différents verres procuraient de meilleurs (ou pires!) arômes à leurs bières en rehaussant ou en atténuant leur saveur.

Les différentes formes et dimensions des verres peuvent amplifier les arômes, augmenter le volume des petites bulles pour ainsi garder un bon collet, faire respirer davantage la bière, etc. L’addition de tous ces effets sur la bière a pour simple but de pour procurer un plus grand plaisir lors de la dégustation.

Mais il n’y a pas que la forme du verre qui importe; il faut que le verre soit propre. Pour ce faire, il suffit de le rincer à l’eau chaude avant et après le service. Idéalement, il ne faudrait jamais laver vos verres à bière avec du savon. La température a aussi son rôle à jouer. Plus la bière est tempérée, plus ses arômes seront prononcés, tout style confondu.

Par soucis de simplicité, je me suis arrêté sur sept verres de base qui pourront contenir toutes les bières. En réalité, il en existe des centaines. Certains brasseurs ont même inventé leur propre verre, considérant que leur bière atteindra l’apogée si elle est servie dans ce dernier.

Rien ne m’empêchera de boire une bière si je n’ai pas le soi-disant «bon verre», mais on s’entend qu’une pinte de barley wine à 10% d’alcool peut s’avérer intense et qu’un ballon de pilsner risque de nous laisser sur notre soif. Rendu là, à vous de doser avec un brin de jugement.

Bonne dégustation!

Le tableau ci-dessous est à titre de référence seulement, afin de vous aider à choisir le bon contenant pour le bon contenu.

CALICE : BELGE DOUBLE, TRIPLE, QUADRUPLE, DOPPELBOCK, ALES FORTESLE

LE BALLON : STOUT FORTE, DOUBLE PORTER, BARLEY WINE, EISBOCK, SCOTCH ALE, ALE FORTE

LA TULIPE : ALE FORTE BELGE, SCOTTISH ALE, IPA DOUBLE OU IMPÉRIALE, MAIBOCK

LA PINTE : PALE ALE, PORTER, STOUT, BITTER, ROUSSE, SAISON, ALES TYPE AMÉRICAINE, FUMÉE

LA FLÛTE «PILSNER» : PILSNER, LAGER, BIÈRE LÉGÈRE, BLONDE

LE WHEAT GLAS : BLANCHE DE BLÉ BELGE, DE BLÉ ALLEMANDE

LA CHOPE : BOCK, MAIBOCK, SAISON, FUMÉES, PALE ALE, IPA, AMBRÉE, BLONDE, ROUSSE, BRUNE

Note : Le petit verre ballon est le format le plus utilisé lors des dégustations.

Prochaine chronique : La Corte Real, une pale ale de la brasserie Le Naufrageur.

Yanick Nolet — Curateur de bières artisanales — La Consigne

168 rue Fleury Ouest | 514.439.2332 | laconsigne.ca

 

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+1Pin on Pinterest0Share on Reddit0Share on Tumblr0Print this pageEmail this to someone
COMMENTAIRE(S):