<img src="http://b.scorecardresearch.com/p?c1=2&c2=9335129&cv=2.0&cj=1" />

10 choses que j’ai apprises lors de mon voyage de pêche à la Sépaq

Share on Facebook167Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Share on Reddit0Share on Tumblr0Print this pageEmail this to someone

Le weekend dernier, j’ai eu la chance de participer à ma première véritable partie de pêche, à la réserve faunique La Vérendrye grâce à la SÉPAQ.

Avant de partir, vous avez été nombreux à laisser des commentaires à propos de ma liste d’équipement en vue de ce périple. Si certains de vos précieux conseils m’auront permis de passer un meilleur séjour (et je vous en remercie !!), il y a d’autres aspects qu’on ne peut découvrir qu’en l’ayant vécu.

Voici donc 10 choses qu’un gars de la ville apprend, pendant son premier voyage de pêche à vie.

10- Le Québec c’est vraiment beau !
Je sais, ça sonne cliché, mais c’est vrai et il faut le répéter. Pourquoi aller dans le sud, quand on a tout le nord à notre disposition. Envie d’être seul au monde et de décrocher ? Avec 4 000 lacs de pêche à la réserve faunique La Vérendrye, t’as plus de chance de croiser un castor qu’un autre être humain.

boblechef-sepaq-bob-quai

boblechef-sepaq-paysage-04

9- Y’a des moustiques en crime...
C’est le commentaire qui est revenu le plus souvent: « Oublie pas ton antimoustique, tu vas voir, y’a de la bébitte ! » Je le confirme. Par chance que je vous ai écouté. Jamais je n’aurais cru que ça pouvait être aussi intense. Heureusement, j’étais bien préparé, sans quoi je ne sais pas si j’aurais osé m’aventurer hors du confort du chalet. Il faut toutefois mentionner que nous y sommes allé pendant la haute saison de la mouche. En juillet et en août c’est beaucoup moins pire.

boblechef-sepaq-bob-filet-moustiques

8- Le temps, c’est relatif…
Le temps ne se calcule pas de la même façon dans une chaloupe que dans un abribus.  Jamais je n’aurais pensé qu’attendre quelque chose pouvait passer aussi vite, malheureusement...

boblechef-sepaq-bob-relax

boblechef-sepaq-bob-portrait

7- N’apporte pas tes beaux souliers, tu risques fort de les scrapper
Règle générale, laisse ton swag à la maison, ça n’impressionne pas les poissons.

boblechef-sepaq-souliers-sales

6- Les sangsues, ça m’écoeure…
Premièrement, j’ignorais que les sangsues servaient d’appâts. Je pense que je préfèrerais crever de faim que d’avoir à en piquer une sur mon hameçon. Mention spéciale à notre guide qui s’est occupé de cette sale besogne pour moi, et ce, contrairement à mes chums, sans se payer ma gueule…

boblechef-sepaq-bob-sangsue

5- Avoir un guide c’est un must !!
Parlant du loup, notre séjour n’aurait pas été le même sans notre sympathique guide que la SÉPAQ nous a gracieusement assigné. Véritable canif suisse sur deux pattes, en plus de nous renseigner sur les meilleurs “spots”, Olivier pourrait donner une leçon d’humilité à n’importe quel chef cuisinier, quand ça en vient à fileter du poisson. Si vous êtes dans le coin, demandez à voir mon boy Olivier Frenette, et dites-lui que c’est moi qui vous envoie. Vous ne le regretterez pas 😉

boblechef-sepaq-bob-guide-02

boblechef-sepaq-guide-02

4- La pêche, c’est compétitif
Heureux mélange entre la chance et l’expérience, la pêche c’est un peu comme le poker. Dans cette partie,  Alexis a eu la meilleure main du weekend avec un doré jaune de 23 pouces et Pierre-Luc et Tanguay ont remporté la mise en rapportant le plus grand nombre de poissons à la maison.

boblechef-sepaq-bob-peche-02

boblechef-sepaq-competition-chaloupe-02

boblechef-sepaq-alexis-poisson-dore

3- Le bébé de l’orignal s’appelle le faon. Et c’est quelque chose à voir !
Parlant de jeu de hasard, l’un des moments forts de notre périple fut certainement de croiser une maman orignal en compagnie de ses deux petits. Le zoom de l’appareil étant limité, nous avons tout de même eu la chance de capter une photo de ces majestueux animaux. Magique.

boblechef-sepaq-famille-orignaux

2- Du brochet, ça se mange et c’est délicieux
Le brochet n’est pas un poisson très populaire, car il contient beaucoup d’arêtes. Pourtant, il s’agit simplement de connaître la bonne technique pour le fileter (merci Olivier !). Pour preuve, notre shore lunch improvisé était digne d’un grand restaurant. Pour connaître la recette, c’est par ici.

boblechef-sepaq-guide-04

boblechef-sepaq-bouffe-brochet

boblechef-sepaq-bouffe-gang

1- Qu’on soit un pro ou un néophyte, tout le monde y trouve son compte à la SÉPAQ
Qu’on attrape peu ou beaucoup de poisson, une partie de pêche c’est aussi l’occasion de se réunir entre amis et de partager des bons moments ensemble, sans que personne n’ait les yeux collés sur son téléphone cellulaire. Que vous soyez un pêcheur aguerri ou que ce soit votre première fois, je recommande à tout le monde de vivre au moins une fois cette expérience.

boblechef-sepaq-bob-poisson-02

boblechef-sepaq-paysage-06

Merci encore à la SÉPAQ et aux vaillants employés du secteur Joncas de la réserve faunique La Vérendrye, j’ai déjà hâte d’y retourner !

Share on Facebook167Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Share on Reddit0Share on Tumblr0Print this pageEmail this to someone
COMMENTAIRE(S):